Passage sous une arche antique

Hubert Robert

Paris, 1733 -1808

1763
Sanguine sur papier
34 cm x 45,5 cm
D.108
Don J.V. Veyrenc, 1835
© Musée de Valence

Information

Le motif de l’arche est aussi l’un des must d’Hubert Robert, que ce soit celle d’une galerie, d’un arc de triomphe, d’une baie, d’un aqueduc ou, comme ici, celle d’un pont en ruine. Pont tel qu’on en trouve dans les Antichità di Cora, publiées par Piranèse en 1764, après un voyage, en 1763, sur le site avec Hubert Robert. On peut donc imaginer que Robert ait aussi réalisé ce dessin à partir de ce site.

Dans une vision diagonale et un cadrage en gros plan, la colossale arche de pierre, envahie par une nature qui reprend peu à peu ses droits, occupe la totalité de la feuille. Là encore tout se joue dans le contraste graphique entre la linéarité lumineuse de l’appareillage monumental de l’arche, rendu avec une précision qui donne chair à la pierre, et la minutie dense et complexe des feuillages.

Hubert Robert reprendra cette arche bien des années plus tard dans deux peintures, en particulier en 1791 avec une Cascade sous un pont en ruines conservée au musée de Tours. Composition qui offre, dans une perspective plus large, une vue en sens inverse de l’arche rongée par le passage répété de l’eau d’un torrent.

Hubert Robert, Passage sous un arc, 1763 © Musée de Valence