La Décollation de saint Jean-Baptiste

Martin Faber

Emden, 1587 (?) – Emden, 1648

1616
Huile sur toile
215 x 145 cm
P. 479
Dépôt de la Ville de Beauvallon, 1980
© Musée de Valence, photo Éric Caillet

Information

 

D’origine allemande, Faber fait le voyage d’Italie puis, lors de son retour, travaille en Provence et dans la vallée du Rhône. C’est une œuvre marquée par les idées de Caravage qu’il réalise ici. Aucune idéalisation, le sujet, dramatique et violent (le bourreau remet à Salomé la tête décapitée du saint) est restitué par la peinture même : détails d’un réalisme cru tel le corps du martyr peint dans un raccourci mettant au premier plan ses pieds, sales ; mise en scène orchestrée par un luminisme opposant violemment ombres et lumière ; simplification hiératique des volumes ; dessin angulaire des formes accentué par le rendu métallique des coloris. Une réflexion sur la condition humaine est portée avec Salomé qui, le regard insaisissable, se retrouve seule face à elle-même.