Vue du Mont Ventoux

Pierre-Gustave Girardon

Lyon, 1821-1887

1853
Huile sur toile
89 x 150,5 cm
P. 69
Don de l'artiste avant 1883
© Musée de Valence, photographie Béatrice Roussel

Information

On connaît mal la formation de Pierre-Gustave Girardon qui, disposant de moyens financiers propres, partage sa vie entre Lyon, Crest (Drôme) où il possède un domaine, et des voyages, en Provence en particulier. Il participe au Salon de Lyon dès 1844, au Salon de Paris à partir de 1857, et connaît un succès commercial certain. Son œuvre, d’un talent sincère, s’inscrit dans la tradition classique pour nous montrer le « spectacle de la nature » avec ampleur, exactitude et poésie. La lumière du sud fut pour lui prépondérante et son ami T.-H. Giraud écrivait : « Des Alpes au Rhône, de l’Isère à la mer, pendant quarante ans, il a parcouru et fouillé, sac au dos et carnet à la main, cette splendide contrée encore si peu connue ».

Dans la Drôme, il peint des vues de Taulignan, de Crest, de Chabrillan, ou encore de Grignan. Dans cette Vue du Mont Ventoux, il nous offre un vaste panorama où l’horizon sépare le tableau en deux espaces contrastés. Premiers plans ombreux d’eau et de terre de plus en plus aride et ocre à l’écriture dépouillée, baignant dans la lumière avec une netteté et une précision un peu froides. Lointains brumeux de chaleur qui laissent deviner, dans la lumière d’un soleil implacable, la silhouette blanche et sévère du Ventoux.

 


Pierre-Gustave Girardon, Vue du Mont Ventoux, 1853 © Musée de Valence, photographie Béatrice Roussel

Pierre-Gustave Girardon, Vue du Mont Ventoux, 1853 © Musée de Valence, photographie Béatrice Roussel