Vue prise en Dauphiné

Jean-Antoine Siméon Fort

Valence, 1793 - Paris, 1861

Huile sur bois
26,5 x 34,5 cm
P. 98
Achat du musée 1906
© Musée de Valence, photographie Béatrice Roussel

Information

Aquarelliste de talent, élève de Christian Brune, Jean-Antoine Siméon Fort fut chargé par Louis-Philippe de peindre les principaux événements de la Révolution et de l’Empire pour les galeries de Versailles. Il livrera pour cela une vingtaine d’aquarelles, véritables œuvres à part entière. Il sera aussi chargé de peindre les différentes demeures royales. Outre ses nombreux voyages en Europe et en Afrique du Nord, cet artiste fécond, valentinois d’origine, a l’habitude d’arpenter la France et ses régions aux reliefs variés, sites où se mêlent collines et vallées et coulent des rivières, comme les montagnes du Dauphiné et de Franche-Comté qui lui fourniront de nombreux motifs. Il participe régulièrement au Salon entre 1824 et 1847 et y expose pour la première fois Études de roches prises dans la forêt de Fontainebleau où il a aussi aimé travailler.

Dans Vue prise en Dauphiné, petite huile sur bois rapidement brossée, l’artiste oppose dans une composition diagonale un monde de bleus et un monde de verts. Bleus grisés ou vifs du ciel et des lointains montagneux subtilement nuancés. Verts multiples, du plus tendre et transparent au plus sombre et dense des prés et des arbres. Vision élégiaque d’une montagne habitée et paisible où la lumière transforme la nature et où la touche du peintre, spontanée et alerte, épouse les feuillages.

 
 
Cette œuvre n’est pas exposée dans le musée actuellement

Jean-Antoine Siméon Fort, Vue prise en Dauphiné, 19ème s. © Musée de Valence, photographie Béatrice Roussel

Jean-Antoine Siméon Fort, Vue prise en Dauphiné, 19ème s. © Musée de Valence, photographie Béatrice Roussel